Website Preloader
Website Preloader
[Exposition terminée]
Mehryl Levisse
iel/they/them
Casablanca et Revin
Maroc et France
gracieuseté de l'artiste

Lieu d’exposition
/ Exhibition place

installation | photographie

Biographie

«Artiste franco-italien·ne, Mehryl Levisse est diplômé·e d’un master en Théorie et Pratique de l’Art Contemporain et des Nouveaux Médias. Iel vit et travaille aujourd’hui entre Revin, dans les Ardennes françaises, et Casablanca.
Queer, engagé·e et militant·e, Mehryl Levisse explore les frontières, les enjeux sociologiques et les représentations archétypales, discriminatoires et oppressives du corps. Son travail utilise le motif et l’ornement dans des mises en scène, des performances, des papiers peints, des costumes colorés, minutieux, complexes et exubérants… Ses installations sont immersives et ses photographies questionnent, parodient la société et utilisent le corps comme s’il était un objet, un matériau malléable et adaptable aux idées. En 2021, iel est lauréat·e de la bourse de la DILCRAH (Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT). La même année, iel réalise une performance et un film en collaboration avec l’Opéra National du Rhin, l’Université de Strasbourg et la Bibliothèque Nationale Universitaire.»

Démarche et œuvres exposées

La dernière fête (2023)

«Dans La dernière fête, Mehryl Levisse mêle et revisite différentes sortes de fêtes à travers le textile, le décorum et le costume. Mehryl Levisse présente ici l’épuisement des corps, une fois la fête finie : la lumière est rallumée, les décorations décrochées, c’est le retour brutal à la réalité. La vitrine dotée de différentes sources lumineuses présente ces corps différents, épuisés, fatigués. Parés de leurs plus beaux atours, ils s’offrent aux regards dans une ultime tentative racoleuse de séduire les passant·e·s. Des serpentins jonchent le sol, laissés pour compte une fois la fête terminée, ils rappellent la fragilité des corps lgbtqia+ dans nos sociétés.

En France les actes lgbtphobes ont augmentés de 22% en 2021 par rapport à 2020.
En 2022, l’homosexualité est condamnable (prison, amende, bagne) dans 75 pays ou États dans le monde. 
En 2022, l’homosexualité est passible de peine de mort dans 12 pays ou États dans le monde. «

Commissariat :

Œuvres par l’artiste